Docteur Franck CHLEIR Angiologie- Phlébologie

Information avant traitement thermique endoveineux

INFORMATIONaux PATIENTS

TRAITEMENTdes VARICES par TECHNIQUE ENDOVEINEUSE THERMIQUE

(LASER ENDO VEINEUX / RADIOFREQUENCE)

 

 


 

Introduction.

La chaleur est utiliséedepuis de nombreuses années dans différentes applications médicales (parexemple, destruction de tumeurs du foie par chaleur ciblée).

Les procédés endovasculairess'étant parallèlement considérablement développés, il est possible d'apporterdirectement de la chaleur à l'intérieur d'une varice (voie endoveineuse), pourtraiter celle-ci.

La source d'énergiethermique peut être le laser ou la radiofréquence.

Depuis plus de 15 ans, cestechniques de traitement des varices connaissent un développementparticulièrement important aux USA, mais se pratiquent maintenant trèslargement dans le monde entier, avec un succès grandissant.

Les indications detraitement portent essentiellement sur les veinessaphènes et les perforantes.

Les études réaliséesmontrent d’excellents résultats à moyen terme, le recul étant encoreinsuffisant pour juger du long terme (10 ans et plus).

Ces techniquespermettent de diminuer les risques inhérents à l'intervention chirurgicale surles varices. Contrairement à la chirurgie classique (stripping), au cours delaquelle la veine est arrachée, l’énergie thermique permet de détruire la veinepar l'intérieur.

La paroi veineuse estchauffée par l’intermédiaire d’une fibre optique(laser) ou d'une sonde de Radiofréquence, qui sont de petitscalibres.

Le traitement estréalisé sous anesthésie strictementlocale.

Il s’agit d’un traitementendovasculaire qui utilise des cathéters d’introduction similaires à ceuxdes dilatations artérielles (des membres et des artères coronaires au niveau ducœur).

Le préjudice esthétique après procédure est diminué. Lescicatrices sont absentes ou très petites, millimétriques, et le plussouvent invisibles par la suite.

La période derécupération est très courte, ne nécessitant pas le plus souvent d’arrêt detravail.


DESCRIPTION de laPROCEDURE

Avant la réalisation de laprocédure, une consultation permettra d’effectuer une évaluation clinique et écho-Doppleret déterminera si les méthodes thermiques peuvent être utilisées chez vous. Une« cartographie » (« état des lieux » de votre réseauvariqueux) sera réalisée. Enfin, informations et réponses à vos interrogationsseront apportées.

Le jour du traitement,un nouvel examen écho-Doppler sera réalisé pour permettre de dessiner sur votrepeau des repères concernant la veine à traiter, c’est le « marquage ».

Selon les cas, desbranches variqueuses peuvent également être marquées pour pratiquer de façonsimultanée des phlébectomies (des segments de veines sont retirés de proche enproche par micro-incisions) ou une sclérothérapie de complément.

La procédure

La procédure est lamême, que le procédé utilisé soit du laser ou de la radiofréquence.

Une fibre laser ouune sonde radiofréquence doivent être introduites dans la veine pourtraiter celle-ci.

Pour cela il est toutd’abord nécessaire de faire une ponction un petit cathéter (au niveau de lajambe ou du mollet selon la veine que l’on traite) qui lui-même permetl’introduction d’un guide.

Ce guide est monté àl’intérieur de la veine à traiter ; puis le petit cathéter est retiré etun cathéter introducteur est enfilé sur le guide et positionné dans la veine.

Une fois ce cathéterintroducteur en place, le guide est retiré puis la fibre/sonde est introduite àson tour à l’intérieur du cathéter et montée jusqu’au niveau voulu pour letraitement.

C’est le bout de lafibre optique ou de la sonde radiofréquence qui sera actif, pour délivrerl’énergie thermique permettant de traiter la veine. La chaleur sera délivréesélectivement à la veine cible, par une application tout le long de son trajet,tout en redescendant progressivement.

L’anesthésie

L’anesthésie de la zone deponction sera faite par injection d’une faible quantité de lidocaïne sous lapeau. Puis, pour l’ensemble de la zone à traiter, l’anesthésie sera faite avecune faible quantité de la lidocaïne diluée dans un volume plus important desérum physiologique, selon la technique dite de tumescence. Cette méthoded’anesthésie a déjà fait ses preuves depuis de nombreuses années dans d’autresindications.

La tumescence permetd’isoler les tissus autour de la veine pour ne pas endommager ceux-ci lors del'action chauffante; de plus une anesthésie légère pour la veine estsuffisante, la lidocaïne est donc injectée en faible pourcentage.

Votre jambe ne sera doncpas « endormie », vous pourrez marcher dès la fin de la procédure.

La tumescence nécessitedes injections répétées le long du trajet de la veine ; elle est un peudésagréable. L'application de la chaleur à la veine (par laser ouradiofréquence) est quant à elle indolore ou quasi-indolore.

Sécurité

Tout le matériel utilisélors de la procédure est stérile, à usage unique.

Toute la procédure est sécuriséepar un contrôle échographique permanent et, pour vérifier la bonne position dubout de la fibre/sonde; pour le laser, il existe une double sécurité :contrôle échographique + visualisation d’une lumière optique rouge, visible àtravers les tissus.

L’énergie thermiquetotale à délivrer est calculée en fonction du type de veine et de sa longueur.

Les paramètress’affichent en temps réel sur l’appareil durant toute l’application thermique.

Pour le laser, lors dutir, vous porterez des lunettes spéciales pour quelques minutes, afin deprotéger vos yeux contre une éventuelle exposition accidentelle à la lumièrelaser.

 

En fin de procédure, vous aurez simplementun pansement sur la zone d’introduction. Un bas de compression sera égalementposé et son port est souvent conseillé pour une durée d’une semaine ou deuxaprès le traitement, juste pendant la journée.

 

La procédure est faiteen AMBULATOIRE et vous repartez peu de temps après la procédure,qui dure environ une heure pour une veine.

Vous n’avez pas à être àjeun etvous pouvez continuer votre traitement médicamenteux habituel (même lesanticoagulants), que vous indiquerez au médecin.

 

RISQUES et INCONFORTaprès la PROCEDURE

Comme pour touttraitement des varices, le but du traitement thermique est d’améliorer lessymptômes dont vous vous plaignez. Néanmoins, comme tous les autrestraitements, dans quelques cas, il peut ne pas les modifier ou les améliorerpartiellement, et même une aggravation ne peut être totalement exclue.

Rares mais possibles,des effets secondaires indésirables peuvent survenir, tels que :

·     brûlures de la peau en regard de la veine ou des tissus avoisinants(rendus rarissimes par la technique d’anesthésie par tumescence) ;

·     infections, rares mais dont le risque de survenue ne peutêtre totalement exclu ;

·     troubles neurologiques sensitifs sur le trajet ou dans larégion de la veine traitée (par exemple sensations de fourmillements ou dediminution de la sensibilité). Beaucoup plus exceptionnellement troublesneurologiques moteurs (faiblesse ou paralysie d’un muscle ou d’une partie d’unmuscle). Les troubles neurologiques peuvent se prolonger sur plusieurs mois,voire laisser des séquelles durables.

·     perforations de la veine (provoquant simplement une ecchymoseplus importante) ;

·     ruptures de la fibre laser, largage de guide : risque trèsexceptionnel, d’autant que le matériel est de plus en plus sécurisé ;

·     fistule artério-veineuse (communication entre veine et artère): 2cas décrits dans la littérature internationale;

·     thromboses veineuses superficielles ou profondes (inflammation etoblitération de veine) anciennement appelées « paraphlébites » et« phlébites » ; exceptionnellement, embolies pulmonaires.

Quelqueshyperpigmentations (taches brunes sur la peau), ou l’apparition de petitsvaisseaux sous la peau ont été décrites.

D’autre part, on ne peutéliminer totalement la survenue possible d’effets secondaires non répertoriés àce jour.

Dans la très grandemajorité des cas, les ponctions à l’aiguille d’une veine ne sont à l’origined’aucun problème sérieux, cependant, de façon très rare, peut survenir unmalaise.

Très exceptionnellement,une allergie à la lidocaïne, en rapport avec l’anesthésie locale, peut surveniravec à l’extrême un choc anaphylactique nécessitant une réanimation et pouvantmettre en jeu le pronostic vital.

Des ecchymosessurviendront dans les jours suivant la procédure ; elles sont d’importancevariable, mais sont banales et disparaissent spontanément en 10 à 15 jours.

Enfin,sur le trajet de la veine, des douleurs dans les jours qui suivent la procéduresont possibles (en particulier vers le 4ème ou le 5èmejour, voire vers 8-10 jours) mais, dans la grande majorité des